5 risques majeurs d'avoir recours à une baby-sitter non déclarée.

Mis à jour : juin 29




Que n'entendons pas sur "le travail au black" de la garde d'enfants à domicile... Ne pas déclarer sa baby-sitter reviendrai "moins cher", ne pas déclarer sa garde serait "plus pratique", ne pas déclarer son intervenante serait "bénéfique pour tout le monde". Qu'on se le dise tout de suite, les seules vérités au fait de ne pas déclarer sa baby-sitter expose la famille, la baby-sitter et l'enfant à 5 risques sérieux.


1. Aucune assurance


Que les dommages arrivés pendant la garde soient matériels ou corporels, personne ne bénéficiera d'une quelconque reconnaissance par une assurance. Ce qui n'est pas déclaré n'étant pas existant, rien, aucun recours ni aucune solution ne pourraient être proposées dans le cadre d'un quelconque litige pendant la garde. Et devinez qui en sera la victime finale ? L'enfant.


2. S'exposer à une infraction pénale.


Il faut en prendre conscience. Imaginez le cas où une "baby-sitter" non déclarée venait à récupérer l'enfant dont elle a la garde à la sortie de l'école. Sur le chemin, l'enfant glisse et se foule la cheville, obligeant les pompiers à intervenir. La "baby-sitter" aura bien du mal à justifier sa présence avec l'enfant et son degrés de responsabilité et de lien avec l'enfant et sa famille. Cette situation peut exposer la famille à une infraction pénale très grave car oui, faire travailler dans l'ombre une personne est considérer aujourd'hui comme une forme d'exploitation humaine gravissime, sachons-le.


3. Risques de contentieux prud’homal.


Et ils sont sérieux. Ils font aussi écho au point numéro 2 cité plus haut. Les risques sont sérieux et peuvent amener de vrais drames. Tant humain que financier. C'est un peu comme la logique du "jusqu'ici tout va bien". L'important n'est pas la chute mais l'atterrissage. Une famille qui a recours à une baby-sitter non déclarée pendant des années peut, du jour au lendemain, se voir poursuivie et elle perdra.


4. Aucune aide financière pour la famille.


Et pourtant elles sont nombreuses... aide CAF CMG et crédit d'impôt de 50% en tête auxquelles peuvent s'ajouter des aides régionales et communales selon les lieux de résidences des familles. Toutes ces aides qui viennent alléger les dépenses des familles et encourager la rémunération des baby-sitters. Voilà à quoi les familles se refusent lorsqu'elles décident de ne pas déclarer leur baby-sitter. Manque de connaissance à ce sujet ? Volonté de ne pas se renseigner ? Quoiqu'il en soit, aucune famille ne ressort gagnante en refusant de déclarer sa baby-sitter.


5. Aucune valorisation de compétences.


La baby-sitter non déclarée travaille, si on peut se permettre l'expression, "dans le vent". Aucune société de service à la personne sérieuse ne saurait reconnaître des mois ou des années de travail non déclarés.


Notre conseil :


Il est indispensable de déclarer la personne en charge de la garde d'un enfant. Cela devrait être une évidence, une réalité acceptée de tous. Si les mauvaises habitues ont la dent dure, c'est à force d'informations que les choses évolueront. Chez Yoopala, notre premier rôle est de renseigner les familles sur leur droit et leurs avantages à faire déclarer leur baby-sitter. Notre conseil est simple, que vous soyez une famille ou une baby-sitter, renseignez-vous sur vos droits et les avantages à déclarer ou à être déclarée.

  • Noir Icône Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Facebook Icône

© YOOPALA - Couverture nationale dont Paris et IDF, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nice, Lille, Nantes...Siège social : 19 bd Malesherbes, 75008 PARIS S.A. au capital de 1 010 100 € - R.C.S. PARIS 488 791 203 Tel : 09 88 77 66 80 – Fax : 01 77 75 45 44 – Web : www.yoopala.com Yoopala dispose d’un agrément délivré par la DIRECCTE UT 75 (35, rue de la gare-CS 60003 - 75144 Paris Cedex 19) sous le N°SAP 488 791 203. Mentions légales